Petits pots pour bébé : pour ou contre ?

Les petits pots rendent bien service à tous les parents, mais ils ne sont pas toujours à la hauteur des petits plats « fait maison ». Sont-ils sûrs ? À quelle fréquence les utiliser, sans culpabiliser ? Petit tour autour du (petit) pot…

Et si alterner petit pot et « fait maison » se trouvait finalement être la bonne solution ?

Les « plus » du petit pot

Le point fort d’une préparation « spéciale bébé » est, sans conteste, le gain de temps pour les papas et mamans aux journées trop chargées.

  • Quand on travaille, on préfère souvent passer du temps à jouer avec bébé ou à le câliner plutôt qu’à faire les courses très régulièrement, cuisiner et faire la vaisselle. Autre avantage : un petit pot dépanne astucieusement lorsque bébé part en vadrouille loin de la maison.
  • Leur qualité bactériologique est aussi très sécurisante : contrairement à une purée faite maison qui ne « voyage » pas aussi bien. Dans un petit pot, tout est pesé au gramme près, vous êtes sûr de donner à bébé la bonne quantité de légumes et de viande et les vitamines et minéraux dont il a besoin : ni trop, ni trop peu !
  • Utiliser les petits pots est aussi un moyen d’initier l’enfant à des saveurs variées, même en hiver, ce qui élargit la palette des saveurs ! Leur consistance (avec ou sans morceaux selon l’âge), suit les capacités de bébé à mâcher des petits morceaux : on passe ainsi des purées de légumes aux plats moulinés puis aux petits morceaux.

Conseils pour bien profiter des petits pots

  • À vous parents de trouver le juste milieu entre préparation des repas à la maison avec goût, saveur et jolie présentation et… petit pot vite fait, emporté pour un pique-nique ou réchauffé pour passer plus de temps avec bébé.
  • Mais n’oubliez pas que préparer des grandes quantités de purée et les congeler pour la semaine ne demande pas tellement plus d’efforts que la préparation d’un seul repas !
  • Sachez aussi mélanger petits pots et aliments frais au cours d’un repas : un petit pot de légumes avec du jambon haché et une compote maison qui cuit pendant que bébé mange son plat principal par exemple.
  • Conservez vos petits pots dans un endroit sec et frais et vérifiez toujours la date limite de consommation.
  • Si vous utilisez un four à micro-ondes pour les réchauffer, mélangez bien leur contenu pour homogénéiser la température et vérifier qu’il n’est pas brûlant avant de le servir à votre chérubin.
  • D’un point de vue pratique, sachez qu’un petit pot entamé se conserve au réfrigérateur au maximum 24 heures. Soyez bien attentif au « plop » à l’ouverture, qui garantit la fermeture hermétique, et donc la bonne conservation, de son contenu !
  • Pour minimiser les risques d’allergie alimentaire, vérifiez l’étiquetage qui explicite la liste des ingrédients. Les recommandations de votre pédiatre vous permettront ainsi de sélectionner les petits pots « autorisés ». Attention notamment au kiwi, à la noisette et aux fruits rouges qui apparaissent parfois dans la composition de ces préparations !

Les « moins » du petit pot

Aussi pratiques et variés soient-ils, les petits pots sont pourtant assez loin de remporter tous les suffrages des mamans et papas qui sont de fins gastronomes.

  • Plusieurs raisons à cela : les saveurs sont souvent faussées par l’adjonction de vitamines, les textures souvent identiques, ce qui ne favorise pas l’apprentissage du goût. Côté visuel, le manque d’attrait d’une banale purée de haricots verts est évident… Un autre inconvénient est que le petit pot se prête peu au « patouillage » de bébé qui commence assez rapidement  à vouloir manger tout seul avec les doigts, ce qui n’est pas le cas avec un plat cuisiné à la maison et présenté dans une assiette en libre accès.
  • Le point faible majeur des petits pots est l’ajout industriel obligatoire de sucre ou de fécule de céréales qui permet de rendre la préparation plus épaisse : à quantité égale, une compote de fruits maison comporte bien moins de sucre qu’un petit pot. Enfin, il faut bien reconnaître que côté saveur et présentation, rien ne vaut un bon petit plat préparé par maman ou papa ! Pour la mastication aussi, un poulet ou du jambon blanc hachés à la maison, ou encore un filet de poisson cuit à la vapeur par maman n’a pas d’égal au rayon « petits pots de bébé ».
  • Dernier point faible : si bébé est habitué à ne manger que des petits pots, la transition aux menus « comme les grands », vers 2 ans, risque d’être plus difficile. Il est préférable de l’habituer tôt à partager – même « mixés » – les même plats que toute la famille. Une étude récente a même montré que l’acceptation des aliments par les jeunes enfants était favorisée par une découverte précoce d’une large palette de saveurs.

Des petits pots sous haute surveillance !

  • Destiné aux enfant âgés de 4 mois à 3 ans, la législation exige des garanties très précises quant aux matières premières, à la composition mais aussi à l’étiquetage de cette conserve « haut de gamme », avec des contrôles très sévères en cours de fabrication.
  • Les formulations sont élaborées avec des experts nutritionnistes et des pédiatres, tant pour la qualité nutritionnelle que pour la saveur, la texture, etc. Les petits pots doivent être en verre et stérilisés.
  • Les fruits et légumes sont issus de champs et vergers spécifiquement réservés : traitements limités au maximum, fruits et légumes récoltés à pleine maturité, etc. Les agriculteurs doivent respecter un cahier des charges précis pour chaque produit cultivé. Ils sont sans OGM, colorant, conservateur, édulcorant, arôme artificiel ou pesticide, et leur teneur en nitrates est toujours strictement limitée et surveillée.
  • L’origine des viandes est contrôlée : elles sont issues de filières certifiées et ne contiennent que du muscle (pas de gras). La viande bovine d’origine britannique, ainsi que les abats de toute origine et espèce sont exclus de la fabrication.
  • Les aliments sont cuits vapeur et conservent la plupart des vitamines et minéraux.
  • La saveur paraît souvent fade aux adultes : la teneur en sucre et en sel est limitée aux stricts besoins de bébé.
  • Les petits pots « bio » pour bébé ont récemment fait leur apparition. Chaque fruit, légume ou morceau de viande est produit chez un agriculteur qui garantit des méthodes de production biologique, sans engrais chimique ni pesticides, et respectueux de l’environnement. Pourquoi pas, mais n’oubliez pas que tous les petits pots sont sécurisés.

À lire aussi

Mon beau sapin

Entre deux marchés de Noël, faites une petite…