Décryptez les attitudes de votre bébé !

« Comment vas-tu mon bébé ? » À cette question, les tout-petits ne peuvent répondre… alors ils parlent avec leur corps ! C’est par l’observation de ses changements de comportement et de certaines attitudes que l’on peut juger efficacement du bien-être d’un enfant.

Un bébé voit le monde avec des yeux différents des nôtres. Il faut se garder de juger ses réactions. Les parents doivent d’abord écouter, chercher à identifier ce qu’il vit et ce qu’il ressent.

Décoder le langage de bébé

Regardez bébé : il vous parle avec son corps, il tend les mains vers vous, pédale avec ses jambes, ouvre la bouche, rit avec ses yeux… Apprenez à décoder.

  • Allongé dans son transat, Mattis a 4 mois : il regarde son hochet qui traîne sur le plancher, tend la main vers lui, regarde sa mère, puis le jouet, puis maman et s’agite sur son siège. Maman traduit : « Veux-tu ton hochet ? » Elle le ramasse et lui donne avec un sourire. Bébé se trémousse, pédale vigoureusement et offre lui aussi un grand sourire. Pas besoin de mots. Tout est dit par ses mimiques, ses vocalises, son attitude.
  • Dès sa naissance, l’enfant s’exprime par des gestes. Déjà, dans le ventre, on reconnaît ses mouvements : « Tiens il bouge ! Il doit vouloir faire du sport. » Cela relève de l’imaginaire des parents, mais on est déjà dans l’interprétation devant les premiers gestes et mouvements de tête ou de bouche. Il se frotte les yeux : il a sommeil. Il ouvre la bouche : il est content. Il suce son poing : il a faim. À partir de cette traduction, la communication peut commencer.

Il touche son oreille ?

C’est un petit moment de tranquillité, souvent à son réveil, que s’offre votre tout-petit. Il vient de quitter son lit douillet et caresser son oreille ou sa joue lui permet de reprendre doucement possession de son corps après la nuit. Accordez-lui ce câlin matinal, il vous décrochera bientôt son plus beau sourire !

Comprendre les expression corporelle de bébé

Le langage du corps est complexe. On distingue deux grandes tendances chez tous les bébés : la tension/crispation et le relâchement/détente.

  • Bébé, bras raides, corps et tête tendus en arrière est mal à l’aise et a besoin de réconfort : s’il pédale très vite, en poussant de petits cris, il décharge un trop plein d’émotion, lié à un plaisir ou a une grande excitation. Cela n’est donc pas toujours négatif et précède le dialogue verbal.
  • La détente et le bonheur se manifestent par un regroupement de tout le corps sur lui-même : il attrape son pied ou ses doigts pour les sucer, les bras sont sur la poitrine. Cette position est souvent accompagnée de babillages, vocalises, essais de voix. Et tout cela pourquoi : pour attirer l’attention des parents… Et ça marche !

Le reflet de ses parents

  • Au début, les gestes sont involontaires chez le nouveau-né. Ce sont des réflexes archaïques ou de mimétisme.
  • Grâce à la maturation neurologique, et en fonction de l’interprétation des parents, ils vont prendre un vrai sens. Tendez les bras vers votre bébé pour le sortir du lit, accompagné d’un immense sourire. Vous verrez bébé tendre ses mains vers vous quand il voudra être pris dans vos bras.
  • La voix et les regards restituent les émotions : ils sont très importants, car c’est la technique d’appel. Et le code semble universel, car il progresse par mimétisme et ses expressions sont le reflet de celles de ses parents. À son visage, ses parents reconnaissent s’il est heureux, inquiet, agacé, interrogateur, détendu ou mal à l’aise.

Bébé est angoissé le soir

Pour se laisser aller à de doux rêves, un bébé a besoin de se sentir rassuré. S’il vous appelle (petits cris, pleurs), rendez-vous sans tarder dans sa chambre. Il sait alors qu’il peut compter sur vous. Ce n’est pas un caprice, il a simplement besoin de votre présence. Couchez-vous quelques minutes à ses côtés, donnez-lui un sentiment de sécurité qui l’accompagnera toute sa vie. En refusant, vous l’abandonnez à ses angoisses et il va devoir se confronter seul à la nuit, au prix d’une dépense psychique importante. Le bercement a des vertus calmantes incomparables. En retrouvant le balancement qu’il a connu dans votre ventre, l’enfant va régler sa respiration et son rythme cardiaque sur ce tempo… et ses petites misères vont s’atténuer.

Les expressions les plus communes

  • Toutes les mamans du monde les ont observées.
  • Tranquille : il est éveillé, le regard calme, il suce son pouce et sa tétine pour se réconforter. Il trouve en lui-même les moyens d’être calme et rassuré.
  • Mal à l’aise : sourcils froncés, visage crispé, il se frotte les yeux. A-t-il sommeil ? Est-il contrarié ? En tout cas, il demande de l’aide, il a besoin qu’on s’occupe de lui très vite.
  • Intrigué : les yeux ronds, le regard très sérieux, il est devant une situation ou un objet inconnu. Il est confronté à une situation inattendue.
  • Désespéré : son visage est contracté, sa langue sortie, son corps tout tendu.
  • Décontracté : enroulé sur lui-même, c’est la position de détente par excellence, il suce son pied ou ses doigts. À l’inverse, la position d’extension est synonyme de mal être.
  • En demande de contact : le regard fixé sur maman, la bouche ouverte en vocalise, un bras tendu vers elle pour attirer son attention, tout est utilisé pour mieux se faire comprendre.

Qu'est-ce que le gazouillis de bébé ?

Vers 3 mois, votre bébé découvre la capacité d’émettre des sons. Il entend sa propre voix et va répondre à celle de l’adulte en modulant son gazouillis. Mélange de petits cris, de bruits de gorge, la conversation de votre bébé s’enrichit chaque jour. Il vous appelle, change de tonalités et en tire, manifestement, un grand plaisir. Répondez-lui !

Attention s'il est recroquevillé

Difficile pour un tout-petit de dire qu’il a mal. Il peut pleurer, crier, mais sa position peut aussi attirer votre attention. Il va chercher une position dans laquelle il a le moins mal possible, recroqueville bras et jambes, protégeant l’endroit douloureux. En position fœtale, il refuse tout contact. S’il se met à pleurer quand vous tentez de modifier cette position, c’est qu’il s’agit d’une position de repli sur la douleur. Consultez votre pédiatre sans tarder.

À lire aussi

Le rot du bébé

Nourri au sein ou au biberon, votre bébé avale…