Les ongles de bébé

Maman craque pour les mains de sa petite Lola chérie : elles sont si minuscules et adorables. Mais, attention, si l’on n’y prend pas garde, ses petits ongles peuvent se révéler très coupants !

Les soins du nourrisson se composent d’une grande variété de classiques : la cicatrisation du cordon avec compresses et ce petit filet qui donne à son ventre l’air d’un adorable rôti, les oreilles si délicates qu’on les sèche à l’aide d’un minuscule bout de coton roulé finement, même chose pour son nez. Ou bien encore quelques gouttes de sérum physiologique et une compresse non tissée pour ses yeux et… il faudra bien s’y faire, il y a ses petits bouts d’ongles à raccourcir. Quand bébé a fêté ses 15 jours, il a déjà les ongles longs. Si ce petit trésor a tendance à s’agiter quand il pleure, gare aux griffures !

Comment couper les ongles de bébé

Il est important de ne pas couper trop près des coins, pour éviter d’enlever les petites peaux qui protègent ses doigts, ce qui favoriserait les risques d’infection au moment de la repousse.

  • Si vous « dérapez », désinfectez le bobo et surveillez-le de près. Bébé n’est pas encore un aventurier qui rentre du jardin échevelé et boueux, mais il bave à souhait et ses mains peuvent devenir de vrais nids à microbes qu’il porterait ensuite vers ses yeux et sa bouche.
  • Une fois coupés, n’oubliez pas de limer les petits angles pour les rendre moins tranchants. Là aussi, il faut faire preuve d’une grande patience et de délicatesse. N’est pas manucure premier âge qui veut !

Qu'est-ce que l'ongle ?

L’ongle est composé de kératine. Une partie est visible, l’autre cachée. On estime que la croissance moyenne des ongles, chez l’humain, est de 0,1 millimètre par jour (soit près de 3 mm par mois).

Bien s'équiper pour couper ses ongles

Comme pour tous les autres soins de bébé, savoir choisir les bons outils est vraiment très important.

  • Dans tout trousseau pour nouveau-né qui se respecte, il y a les « ciseaux à bouts ronds ». On les trouve dans les grandes surfaces, les magasins spécialisés et les pharmacies.
  • Il existe aussi des coupe-ongles qui ont la forme de pinces coupantes.
  • À partir de 6 mois, en fin d’opération, une petite finition à la lime peut restreindre le tranchant de l’ongle et limiter le risque de griffures.
  • N’hésitez pas à désinfecter régulièrement vos instruments métalliques (ciseaux, coupe-ongles…) avant usage. Il existe des « kits manucures » spécial bébé, qu’on trouve en boutiques et sur des sites spécialisés.

Pour éviter que bébé ne s'écorche

Bébé, avec certains gestes parfois assez gauches, peut avoir tendance à se griffer. Très vite, il porte sa main ou son poing au visage et à sa bouche. S’il a tendance à vraiment beaucoup s’écorcher, il faut vite lui couper et limer les ongles. S’il persiste, utilisez des chaussettes : couvrez ses petits poings de chaussettes 100 % coton (type bouclette éponge) en vérifiant bien qu’il n’est pas serré au poignet. Cela lui donnera un air de boxeur assez craquant et protègera ses petites joues veloutées.

Les risques d'inflammation

Un ongle coupé trop court qui repousse de travers, des envies écorchées qui cicatrisent mal, une pousse de l’ongle anarchique, un ongle de pied abîmé pour cause de souliers trop serrés… Autant de facteurs qui provoquent une douleur inversement proportionnelle à leur gravité. Toutes ces petites infections provoquent des élancements qui peuvent se révéler vraiment insupportables !

  • Le panaris rend le pourtour de l’ongle gonflé et rouge. Il peut se déclarer très vite, en quelques heures. Ça lance un peu comme si le cœur battait à cet endroit et tout choc fait grand mal !
  • L’ongle incarné : lorsqu’un morceau d’ongle entre dans la chair. Inflammations, douleurs et parfois panaris s’ensuivent.

Ces deux inflammations biens connues peuvent s’accompagner de fièvre et rendre le sommeil de l’enfant plutôt agité. De temps en temps, il faut surveiller le gros orteil pour voir si le bourrelet n’empêche pas la pousse, tendant à favoriser la survenue d’un ongle incarné. Chez les plus jeunes, le dépistage et une bonne surveillance s’imposent donc fréquemment. En cas d’inflammation, direction le pédiatre avant qu’une infection plus sérieuse n’ait le temps de s’installer.

Des mains nettes pour tous

  • Ses mains, comme les vôtres, constituent d’importantes sources d’infections, ce sont de vrais réservoirs à microbes.
  • Pour limiter au maximum ces risques, l’hygiène des mains de tous ceux qui touchent le bébé est indispensable. C’est une habitude qui doit se prendre très tôt, dès la maternité.
  • Outre des mains impeccables, vous devez avoir des ongles coupés courts pour éviter les gestes qui griffent et qui fâchent. Imaginez-vous en train de changer la couche pleine d’un nouveau-né avec les ongles de Cruella. Même si c’est « tendance », c’est également totalement inadapté.
  • Pensez à vous laver et sécher correctement les mains avant et après le change, les soins quotidiens et tous les repas. C’est un B.A.-BA que certains ont tendance à oublier un peu vite !

Quand lui couper les ongles ?

Au final, les ongles, c’est un sacré casse-tête. Coupés trop courts, il y a des risques d’infection. Laissés trop longs, c’est le retour de la petite sorcière griffue. Pour s’habituer à ce geste simple qui se révèle parfois crispant (surtout avec un petit qui hurle) il faut trouver un moment calme. L’idéal, c’est après le repas, ou après le bain : au moment où bébé est détendu, ses ongles sont alors plus mous et résistent moins aux ciseaux.

Si bébé résiste encore et que cela vous déstabilise, optez pour une coupe ni vue, ni connue pendant une sieste.

À lire aussi

Ainsi font font font

Ça y est, bébé découvre ses mains ?! Accompagnez-le…