Accoucher par le siège

Au cours de l’échographie du huitième mois,on vous annonce que votre enfant se présente par le siège. Pas de panique, voici ce que vous devez savoir.

On appelle aussi cette position, présentation podalique. Sur le plan statistique, les présentations par le siège concernent un nombre très réduit de naissances, environ 3 %. Dans cette situation, le bas du corps de bébé est en direction du col de l’utérus, tandis que la tête prend place dans le fond utérin. Le siège peut-être complet (le foetus est alors assis en tailleur) ou décomplété si les jambes sont tendues. Dans les deux cas, cela ne facilite pas l’accouchement…

Pourquoi cette position ?

La majorité des bébés vont se retourner au cours des deux derniers mois de grossesse. Cela leur permet de se sentir moins à l’étroit dans le placenta. Parfois, quand le placenta ne contient pas assez de liquide amniotique, que l’utérus est trop étriqué, ou que le fœtus n’a pas assez de place pour se mouvoir (comme dans le cadre d’une grossesse gémellaire), ce dernier ne se retourne pas et patiente, jusqu’à l’accouchement, en position de siège.

Des manœuvres utiles

Différentes techniques peuvent permettre au gynécologue et à la future maman de modifier la position de siège en amenant bébé à se retourner. Bien sûr, il convient de les pratiquer de manière très encadrée, afin de ne pas blesser bébé, de ne pas provoquer de décollement du placenta ou de déclencher un travail prématuré. Ces manœuvres externes consistent en un jeu de pressions exercées sur le ventre par le gynécologue (avec l’haptonomie, par exemple), qui va ainsi pousser le fœtus à trouver une position céphalique plus confortable. D’autres méthodes comme l’acupuncture ou l’ostéopathie peuvent aussi aider. Néanmoins, la réussite de ces techniques n’est pas toujours avérée, et dans un cas sur deux, l’enfant revient à sa position de siège naturellement.

La radiopelvimétrie

L’accouchement par le siège est plus compliqué, car la tête de bébé se présente en dernier et peut avoir du mal à passer. Pour s’assurer que le bébé ne court aucun risque, ou éviter la césarienne, votre médecin vous fera passer une radiopelvimétrie. Derrière ce nom complexe se cache une pratique indolore de radiographie, fort utile pour le déroulement de votre accouchement. La radiopelvimétrie va permettre de mesurer la taille de votre bassin, pour voir si elle est supérieure à la taille de la tête de bébé. Le résultat déterminera si vous pouvez accoucher par voie basse ou s’il faut prévoir une césarienne.

Un accouchement différent

La pression exercée par la tête lorsque bébé se présente en position céphalique permet une dilatation plus optimale du col de l’utérus au moment de l’accouchement. Lorsque le bébé se présente par le siège, c’est toute la dynamique de l’accouchement qui s’en trouve changée, car le bas du corps, plus mou, ne s’articule pas de la même façon s’il se présente en premier. Cela occasionne bien souvent des accouchements plus longs, plus complexes, et dans lesquels il est difficile de contourner l’étape de la péridurale. La plupart du temps, l’équipe médicale vous proposera d’opter pour une césarienne, afin d’éviter des complications inutiles ou des douleurs pour vous, et pour votre enfant.

À lire aussi

Mission bébé !

On ne vous présente plus notre illustratrice officielle qui,…