Comment gérer les premières séparations ?

À peine votre bébé est-il né qu’il faut déjà songer à vous en séparer. La tristesse que vous éprouvez fait partie intégrante de l’attachement que vous lui portez. Sachez que si vous surmontez cette épreuve, votre bébé y parviendra aussi et pourra mieux supporter toutes les séparations à venir.

Un bébé, même confié très tôt, a déjà pris quelques habitudes avec sa maman. Il apprécie les tendres tête-à-tête au moment de la tétée, les sourires et les regards complices lors du change ou du bain. Peu à peu, il va devoir s’habituer à un nouveau mode de vie, sans votre présence continuelle.

Savoir se séparer de bébé pour mieux le retrouver

Des études réalisées dans différents lieux de garde (crèche ou assistante maternelle), montrent que l’enfant est souvent plus passif qu’à la maison, comme s’il se mettait « en attente ».

  • Il se recentre sur lui-même : pour la prise des repas, le comportement est quelque peu différent. Alors qu’il regarde intensément sa maman qui lui donne à manger, il va détourner les yeux en présence d’une personne étrangère. Il boit même plus vite son biberon, bref il s’adapte !
  • L’expérience montre que si la mère souffre beaucoup et se culpabilise de cette séparation, le bébé va souffrir tout autant : d’où l’importance de vous préparer, de réfléchir au mode de garde qui vous convient le mieux et d’emmener votre petit plusieurs fois en visite d’adaptation, à la crèche ou chez sa nourrice. Mettez un maximum d’atouts de votre côté.
  • Est-ce vous qui souffrez le plus de la séparation, avez-vous peur de perdre le contact avec votre bébé, redoutez-vous de le confier à une autre son éducation ? Ou bien est-ce votre petit, habitué à votre seule présence, qui va réellement souffrir d’être loin de vous ? La réponse n’a rien d’évident, mais essayer de dédramatiser : vous le retrouverez dans quelques heures.

Pensez au doudou !

Selon le psychiatre Donald Winnicott, le doudou est un objet transitionnel qui incarne symboliquement la présence rassurante de la mère lorsqu’elle est absente. Ne l’oubliez pas lorsque vous devez faire garder votre bébé ! Mieux encore : prévoyez un doudou en double exemplaire pour que votre petit en ait toujours un sous la main, cela vous évitera bien des soucis à l’avenir.

Qui bébé aime-t-il le plus ?

Cette question taraude bon nombre de mamans. Dépossédées d’une partie de leur rôle maternel elles craignent que leur petit n’en vienne à préférer la dame qui le garde. « Est-ce qu’il saura encore que je suis sa maman ? », « Va-t-il me reconnaître ? » Autant de questions qui hantent toutes les mamans et qu’il convient de ne pas laisser sans réponse, sous peine de créer un grand traumatisme !

  • Afin que la séparation se passe au mieux, il faut que vous ayez confiance dans la personne qui va s’occuper de votre bébé. Visitez la crèche ou le domicile de l’assistante maternelle, votre bébé dans les bras. C’est important qu’il fasse connaissance de son nouveau lieu de garde en compagnie de sa maman.
  • Communiquez ses habitudes aux différentes personnes qui en ont la charge tout au long de la journée : l’horaire de ses biberons, la façon de faire son rot, les rituels pour s’endormir. Cela vous sécurisera sur la façon dont se déroulera sa journée loin de vous. Et si vous êtes rassurée, par extension votre bébé le sera aussi.
  • Exprimez clairement ce que vous attendez pour votre enfant : n’hésitez pas à faire part de la façon dont vous avez envie que l’on s’occupe de lui, bref parlez de votre projet éducatif. Ainsi vous ne vous sentirez pas dépossédée !

Adoptez un rituel de départ

Au moment de la séparation, un petit a besoin de repères, d’habitudes. Certains des gestes que vous ferez, certaines paroles que vous prononcerez peuvent l’aider à vous quitter en douceur. Alors surtout, gardez-les en mémoire et faites-en un rituel qui le rassurera et l’apaisera.

À quel âge confier votre bébé ?

Tous les spécialistes s’accordent pour dire qu’un bébé de moins de 6 mois s’adapte plus facilement qu’un enfant plus âgé.

  • Peut-être sera-t-il perturbé quelques jours : il mangera un peu moins bien, ronchonnera par moments, mais très vite il se familiarisera avec ce monde inconnu.
  • À partir de 8/9 mois, les réactions risquent au contraire d’être beaucoup plus violentes : refus de manger, réveil nocturne, pleurs. Il traverse à cette période une phase normale de son développement, appelée « l’angoisse de la séparation ». Parlez-lui, expliquez-lui votre retour prochain et surtout faites-vous confiance, vous trouverez les mots très facilement !

Il pleure, est-ce normal ?

  • Un postulat de départ : il est normal, rassurant même, que votre bébé pleure lorsque vous le laissez. Les cris sont l’unique façon pour votre petit d’exprimer son désaccord.
  • Vous partez, il n’est pas content : il pleure pour indiquer son angoisse devant la séparation et sa peur d’être livré à lui-même. Tout petit, il n’a pas encore les aptitudes nécessaires pour comprendre que vous allez revenir.
  • Puis votre bébé grandit. L’expérience lui apprend qu’il vous voit de retour à chaque fois que le lui annoncez. Cela ne l’empêche pas forcément de pleurer. Ces cris peuvent simplement signifier qu’il s’indigne d’être laissé loin de vous.
  • Sachez que les pleurs de votre bébé se calment rapidement. et la personne qui le garde pourra vous le confirmer.
  • Bien des mamans préfèrent partir à la dérobée plutôt que de devoir supporter des adieux déchirants. Or, cette façon de procéder ne permet pas à un tout-petit de s’immuniser contre l’angoisse de la séparation. Il doit être confronté plusieurs fois à vos départs pour apprendre à les gérer. C’est par votre attitude que bébé va trouver la confiance dont il a besoin.

Bien gérer les retrouvailles avec votre bébé

Toute à votre joie de retrouver votre bébé, vous vous précipitez le cœur battant d’émotion. Mais tout n’est pas si simple !

  • Votre nourrisson peut se raidir dans vos bras, détourner la tête : autant d’attitudes insupportables pour une jeune maman. Le moment des retrouvailles est parfois difficile et demande du temps et de la patience. En effet, il peut se passer plusieurs minutes entre votre arrivée et le moment de la reconnaissance. C’est comme si le petit enfant mettait un peu de temps à rassembler les morceaux : odeur, voix, sourire… C’est maman !
  • Quelquefois, vous devrez accepter de mettre un peu de distance entre vous et votre bébé, en vous asseyant à côté de lui, en lui parlant doucement et en vous intéressant à son jeu. Certes, cela va à l’encontre de votre désir de l’enlacer, mais si vous arrivez à prendre ce temps de reconnaissance, nul doute que d’ici quelques minutes, il va sourire, manifester sa joie et vous tendre les bras. Alors patience !

À lire aussi

Compère Guilleri

Lorsque bébé doit séjourner à l’hôpital…