Le bilan des 2 ans

Qu’ils sont denses, les 24 premiers mois de votre enfant : apprentissage de la marche, du langage, de la propreté… Vous le trouvez parfait ! Mais peut-être vous demandez-vous s’il est bien « dans les normes ». L’examen des 2 ans répond à ces inquiétudes, fait le point et décèle les éventuels problèmes.

Trois visites seulement sont dites « obligatoires » : celle des 8 jours, celle des 9 mois et celle des 2 ans. Mais oublier la visite du 24e mois ne vous mettrait pas hors-la-loi. Cela risquerait simplement de suspendre le versement de l’allocation de base de la prestation d’accueil du jeune enfant (Paje) à laquelle vous avez peut-être droit, une raison toutefois suffisante pour vous montrer scrupuleuse !

Comment se passe la visite ?

Elle sert à remplir, avec le médecin, la fiche que comporte le carnet de santé de votre enfant, puis à établir un certificat. Le médecin se charge d’en envoyer une partie à la PMI (Protection Maternelle et Infantile), tandis que vous ferez parvenir l’autre partie à la CAF.

Bon à savoir

Depuis 2007, la vaccination par le BCG n’est plus obligatoire mais elle toujours fortement recommandée pour les enfants entrant en collectivité. Si votre enfant n’a jamais été gardé en crèche ou en garderie et que vous lui avez épargné cette piqûre supplémentaire, il est conseillé de la lui faire administrer pour son entrée en maternelle. Lors de l’inscription à l’école, il vous faudra également attester de sa vaccination antidiphtérique, antitétanique, antipoliomyélitique, anti-coqueluche et anti-hæmophylus.

Faire le point sur la santé de votre enfant

  • Votre enfant est mesuré et pesé, pour vérifier ses courbes de croissance et de taille sur les graphiques figurant à la fin de son carnet de santé. La moyenne se situe autour de 86 cm et 12 kg. Mais il y a des crevettes et des costauds… Les variations de croissance sont normales au cours des deux premières années de vie. L’important ici est de s’assurer que sa courbe de corpulence n’indique pas de risques d’obésité : dépistés tôt, ils plus sont faciles à régler.
  • Au moindre doute, après examen des oreilles et des yeux, le médecin vous renverra vers un spécialiste (ORL ou ophtalmologiste).
  • Les dents de lait n’ont pas encore fini de pousser. Sa dentition ne sera complète que vers l’âge de 3 ans. Pour autant, 2 ans est le bon âge pour apprendre à se brosser les dents. Votre médecin (ou le dentiste qu’il vous conseillera), commencera à lui inculquer une bonne hygiène dentaire et vérifiera que la tétine ou le pouce ne font pas trop de dégâts !
  • Pendant la visite, le médecin s’efforcera d’apprécier les capacités motrices de votre petit et sa sociabilité, afin de déterminer son quotient émotionnel : est-il capable de quitter les bras de sa maman ? De lui tourner le dos sans s’inquiéter ? Il propose à l’enfant d’exécuter de petits exercices destinés à évaluer son degré d’habilité, sa motricité fine, en quelque sorte. Il devra éventuellement reconnaître un dessin, empiler des cubes, désigner un ou plusieurs jouets.
  • Le médecin évaluera aussi son degré d’apprentissage du langage, bien qu’il y ait à cet âge de gros bavards ou de grands silencieux… Un enfant qui prend son temps avant de se mettre à parler ne présente pas forcément des problèmes auditifs ou psychologiques.
  • Le médecin fera aussi le bilan sur les vaccinations, obligatoires ou non.

Décryptage

Il existe trois visites obligatoires : pour les 8 jours du bébé, pour ses 9 mois et pour ses 2 ans. Les autres examens sont dits « systématiques ». Ils sont prévus à 1, 2, 3, 4, 5, 6, 12, 16 et 20 mois. Puis ils doivent être effectués tous les 6 mois jusqu’aux 6 ans de l’enfant. Ensuite, c’est la médecine scolaire qui prendra le relais.

Le comportement de l'enfant est également évalué

Cette visite doit être effectuée avec le concours des parents (la mère, mais aussi le père, si cela est possible), qui décrivent le comportement de leur petit. Un enfant, très réservé dans un cabinet médical, peut être un petit diable, éveillé et turbulent. Le médecin peut également percevoir un malaise au sein de la cellule familiale et aborder le problème avec vous (si vous le souhaitez), ou vous orienter vers quelqu’un susceptible de vous aider.

Il existe un bilan proposé par la Sécurité Sociale

Plus tard, entre 3 ans et demi et 4 ans et demi, la Sécurité sociale propose un bilan de santé gratuit pour votre enfant. La consultation dure une demi-journée, et presque tout y passe : questions sur les antécédents familiaux et médicaux de l’enfant, analyses de sang, analyses d’urines, contrôle de l’ouïe et de la vue, tests psychologiques… Une synthèse vous sera transmise quelques semaines plus tard, ainsi qu’à votre pédiatre.

J’ai 2 ans et je sais…

  • Courir, sauter, crier, monter et descendre un escalier (presque) sans tomber.
  • Tenir un crayon et gribouiller de magnifiques dessins sur l’agenda de papa, le chéquier de maman, le mur de ma chambre, l’écran de la télé… Je suis encore ambidextre (aussi malhabile de la main droite que de la main gauche !).
  • Faire de la musique avec tout ce qui me tombe sous la main, chantonner certains airs ou certaines comptines.
  • Nommer de nombreux animaux, ou du moins imiter leur cri…
  • Le sens du mot « propriété » !
  • Faire des choses « tout seul » : enlever mes chaussettes, enfiler mes chaussures, manger… très lentement.
  • Comprendre quand vous me parlez simplement et obéir quand j’en ai envie.
  • Me mettre en colère, éclater de rire, avoir peur : mais j’ai du mal encore à comprendre mes émotions. Pour cela il faut m’aider à mettre des mots sur ce que je ressens.
  • Vous imiter : en donnant le biberon à une poupée, en passant le balai, en tournant le volant.
  • Jouer les techniciens : j’adore les boutons qui se poussent, qui se tirent, qui se tournent, surtout s’ils ne font pas partie de l’un de mes jouets…
  • Dire « non, veux pas », ou le faire sentir.
  • Me servir du téléphone et m’inventer un correspondant.
  • Presque toujours quand je fais une bêtise.
  • Vous faire crier et vous faire rire, parfois en même temps !
  • Vous faire fondre de tendresse avec mes mimiques et mes éclats de rire.

À lire aussi

Je crie trop !

« Je crie, il est surpris, il obéit. » Comment éviter…