Soigner par l’homéopathie

39 % des français se soignent par homéopathie*. Ce sont majoritairement les parents qui viennent à l’homéopathie lorsqu’ils en ont assez des traitements lourds de l’allopathie, notamment des antibiotiques.

Jugés moins agressifs et plus ciblés, les médicaments homéopathiques sont reconnus pour leur absence de toxicité chimique et de contre-indication. Voilà une médecine non chimique et non polluante, classée, à juste titre, comme « médecine naturelle ». Elle n’agresse ni le corps ni l’environnement.

Comment agit l’homéopathie ?

Basée sur la loi de la similitude, à savoir « toute substance provoquant chez un individu sain une série de symptômes est capable de corriger ces mêmes symptômes chez un individu malade », l’homéopathie ne soigne pas une maladie mais une personne. Un médecin homéopathe cherchera à déterminer de façon précise les symptômes que présente votre enfant, mais aussi à connaître son caractère. Plus vous serez précis, mieux le médecin pourra établir le bon diagnostic et prescrire un traitement adéquat en fonction du « terrain » du malade.

Dis-moi qui tu es…

En homéopathie, on part du principe que la constitution de l’individu représente le terrain sur lequel vont se développer les maladies, selon qu’il appartient à telle ou telle typologie de comportement. Ainsi un bébé de type « carbonique », particulièrement calme, mais sensible aux changements et aux agitations, serait plus facilement sujet aux régurgitations, à la constipation… Il existe d’autres typologies et donc d’autres portraits d’enfants.

Le médicament homéopathique à la loupe

Fondée par l’Allemand Christian Friedrich Samuel Hahnemann (1755-1843), l’homéopathie utilise des substances dérivées de minéraux, de plantes ou d’origine animale qui, après macération, sont diluées dans de l’alcool ou autres solutions. On aboutit à la préparation d’un produit liquide, appelée la teinture mère, qui sera par la suite diluée de la dose de 1 % (1 CH) à la dose maximale de 30 % (30 CH). Toutes ces dilutions imprègnent des petites billes faites uniquement de lactose et saccharose, sans conservateur, arôme ou quelconque colorant. La devise de l’homéopathie : « Primum, non nocere » (« Avant tout, ne pas nuire »).

L’homéopathie n’est-elle qu’un placebo ?

Depuis plus d’un siècle, on s’interroge sur cette pratique : l’homéopathie ne serait-elle qu’un vulgaire placebo ? D’aucuns avancent qu’elle n’aurait pas d’efficacité spécifique. « Le succès de l’homéopathie dérange encore et toujours », commente le laboratoire Boiron. Si l’homéopathie fait de plus en plus d’adeptes, elle inquiète aussi et suscite des rejets. De là à dire que ce sont des preuves scientifiques…

Granules ou globules ?

Les médicaments homéopathiques se présentent le plus souvent sous deux formes pharmaceutiques distinctes : le tube de granules et la dose de globules (plus petite que les granules).

Ils existent également en pommades, gels, sirops, comprimés, collyres, gouttes ou suppositoires. Ils sont vendus exclusivement en pharmacie et remboursables à hauteur de 35 % par la Sécurité Sociale.

Respectez les indications portées sur l’ordonnance : donnez le traitement homéopathique en dehors des repas (10 mn avant ou 1 heure après), ne touchez pas les médicaments avec les doigts par souci d’hygiène.

Une prise se compose habituellement de 3 à 5 granules. Le contenu d’une dose (environ 200 globules) est à prendre entièrement, et en une seule fois. Il convient de laisser fondre les globules ou les granules dans la bouche. Pour les bébés, les médicaments peuvent être dissous dans un peu d’eau.

Qu’est ce que le CH ?

En cas de chute, de gros bobos, on sort ses granules d’Arnica 5, 7 ou 9 CH. Mais à quoi correspondent ces fameux CH ? La plante est pulvérisée, mélangée à de l’alcool, puis macérée pendant 3 semaines. Le mélange est filtré et purifié. On obtient la « teinture mère », dont on dilue 1 goutte dans 99 gouttes d’eau + alcool, pour obtenir une solution 1 CH (c’est-à-dire 1 % de la substance de départ). Si l’on dilue 1 goutte de cette nouvelle solution à 1 CH, dans 99 gouttes d’eau + alcool, on obtient une solution 2 CH et ainsi de suite. Les granules de sucre (lactose + saccharose), sont imprégnées par pulvérisation de la solution souhaitée.

Une posologie indépendante de l’âge

Bébés, enfants, femmes enceintes… tout le monde peut se soigner à l’homéopathie, le bébé encore plus que les autres car son organisme est vierge de tout médicament. Avec l’homéopathie, il va d’autant plus facilement se forger de solides défenses immunitaires et renforcer ainsi son potentiel santé.

Quelle que soit la personne : son poids, son âge, le dosage reste le même.

Dans les affections aiguës : il faut prendre les remèdes homéopathiques très souvent, toutes les deux heures au minimum. Dès que les symptômes s’améliorent, il faut espacer les prises, trois ou quatre fois par jour, puis arrêter progressivement. Les deux erreurs habituelles sont d’arrêter trop tôt ou de continuer trop longtemps.

Les granules à basses dilutions (1 à 5 CH) traitent les maladies aiguës, les symptômes locaux : elles se prennent de 3 à 5 fois par jour. À moyenne dilution (5 à 9 CH), elles traitent les déséquilibres fonctionnels.

Celles à haute dilution (9 à 30 CH), traitent les maladies de terrain et le mental.

* Chiffre révélé par un sondage Ipsos en 2004.

À lire aussi

Le bilan des 2 ans

Qu’ils sont denses, les 24 premiers mois de votre enfant :…